Les-Mathematiques.net - Cours de mathématiques universitaires - Forum - Cours à télécharger

A lire
Deug/Prépa
Licence
Agrégation
A télécharger
Télécharger
203 personne(s) sur le site en ce moment
E. Cartan
A lire
Articles
Math/Infos
Récréation
A télécharger
Télécharger
Théorème de Cantor-Bernstein
Théo. Sylow
Théo. Ascoli
Théo. Baire
Loi forte grd nbre
Nains magiques
 
 
 
 
 
(n,m) et (E,F) next up previous
suivant: Les matrices comme applications monter: Etude de l'espace vectoriel précédent: Structure des ensembles de

$\cal M$$_k$(n,m) et $\cal L$(E,F)

Proposition Soit E et F deux k-espaces vectoriels de dimension respective m et n. Alors on a un isomorphisme d'espace vectoriel entre ($\cal L$(E,F),+,.) et ($\cal M$$_k$(n,m),+,.). En particulier dim $\cal L$(E,F)=m.n

Démonstration Choisissons une base e=(e$_1$,...,e$_m$) de E et une base e'=(e'$_1$,...,e'$_n$) de F. Considérons l'application $\theta:\cal L$(E,F) $\rightarrow \cal M$$_k$(m,n) qui à une application linéaire f définie de E dans F associe sa représentation matricielle dans les bases e de E et e' de F: M(f,e,e'). Cette application est un homomorphisme du groupe ($\cal L$(E,F),+) dans le groupe ($\cal M$$_k$(m,n),+) car si f et g sont éléments de $\cal L$(E,F) alors M(f,e,e')+M(g,e,e') = M(f+g,e,e'). De plus, $\theta$ est injective: si $\theta$(f)=0 où 0 désigne la matrice nulle de $\cal M$$_k$(m,n) alors cela implique que f(e$_i$)=0 $\forall$ i=1,...,m. f étant nulle sur une base de E, elle est nulle sur E. f est surjective: si M=($\alpha_{ij}$) $_{i,j=1,...,n}\in \cal M$$_k$(n) alors l'application linéaire définie par f(e$_i$)= $\displaystyle{\sum_{j=1}^n \alpha_{ij}}$ pour tout i=1,...,n a pour image m par $\theta$. Enfin comme M($\lambda$f,e,e') = $\lambda$M(f,e,e'), $\theta$ est un homomorphisme d'espace vectoriel. $\theta$ est donc bien un isomorphisme. Comme deux espaces vectoriels isomorphes ont même dimension , on en déduit la formule sur la dimension de $\cal L$(E,F).

Proposition Si E est un k-espace vectoriel de dimension n alors on a un isomorphisme d'anneaux unitaires entre ($\cal L$(E),+,$\circ$) et ($\cal M$$_k$(n),+,.).

Démonstration Soit e une base de E. Considérons à nouveau l'application $\theta$ précédemment définie qui à un endomorphisme f associe sa représentation matricielle M(f,e,e). On vient de démontrer que $\theta$ est un isomorphisme du groupe ($\cal L$(E,E),+) sur le groupe ($\cal M$$_k$)(n),+).Si f, g sont des endomorphismes de E , les égalités M(f$\circ$g,e,e) = M(f,e,e) . M(g,e,e) et

\begin{displaymath}\theta(Id)=\left(
\begin{array}{ccccc}
1&0&\cdots&0\\
0&1&\v...
...dots&\vdots&\ddots&\vdots\\
0&0&\cdots&1\\
\end{array}\right)\end{displaymath}

implique que $\theta$ est aussi un homomorphisme d'anneaux unitaires.

Remarquons que l'isomorphisme $\theta$ utilisé dans les deux démonstrations précédentes n'est pas canonique dans le sens où il n'est fixé que si des bases de E et F sont données.


next up previous
suivant: Les matrices comme applications monter: Etude de l'espace vectoriel précédent: Structure des ensembles de
Emmanuel_Vieillard-Baron_pour_les-mathematiques
 

 
©Emmanuel Vieillard Baron 01-01-2001
Adresse Mail:

Inscription
Désinscription

Actuellement 16057 abonnés
Qu'est-ce que c'est ?
Taper le mot à rechercher

Mode d'emploi
En vrac

Faites connaître Les-Mathematiques.net à un ami
Curiosités
Participer
Latex et autres....
Collaborateurs
Forum

Nous contacter

Le vote Linux

WWW IMS
Cut the knot
Mac Tutor History...
Number, constant,...
Plouffe's inverter
The Prime page