Les-Mathematiques.net - Cours de mathématiques universitaires - Forum - Cours à télécharger

A lire
Deug/Prépa
Licence
Agrégation
A télécharger
Télécharger
219 personne(s) sur le site en ce moment
E. Cartan
A lire
Articles
Math/Infos
Récréation
A télécharger
Télécharger
Théorème de Cantor-Bernstein
Théo. Sylow
Théo. Ascoli
Théo. Baire
Loi forte grd nbre
Nains magiques
 
 
 
 
 
Srivanasa Ramanujan
Le génie indien des mathématiques (suite)

Hardy, accompagné de Littlewood, étudie alors la longue liste de théorèmes non-démontrés que Ramanujan a joint à sa lettre. Il lui répond le 8 Février. Sa lettre commence ainsi [2]:

" J'ai été extrêmement intéressé par votre lettre et par les théorèmes que vous énoncez. Vous comprendrez cependant que, avant que je puisse juger convenablement de la valeur de ce que vous avez fait, il est essentiel que je puisse voir les preuves de certaines de vos affirmations. Il me semble que l'on peut classer vos résultats en trois catégories :
(1) il y a un certain nombre de résultats qui sont déjà connus, ou aisément déductibles de théorèmes connus;
(2) il y a des résultats qui, autant que je le sache, sont nouveaux et intéressants, mais intéressants plus par leur étrangeté et par leur apparente difficulté que par leur importance ;
(3) il y a des résultats qui semblent nouveaux et importants…
"

Ramanujan est enchanté de la réponse d'Hardy et lui écrit de nouveau [4] :

" J'ai trouvé en vous un ami qui voit mon travail avec compréhension…Je suis déjà un homme à moitié mort de faim. Pour préserver mon cerveau, je veux de la nourriture et c'est mon désir prioritaire. Toute lettre d'encouragement de votre part me serait utile pour obtenir une bourse d'une université ou du gouvernement . "

L'Université de Madras alloue effectivement une bourse à Ramanujan en Mai 1913 et en 1914, Hardy le fait venir au " Trinity College ", à Cambridge. C'est le début d'une extraordinaire collaboration entre les deux hommes.

En principe, la religion de Ramanujan lui interdisait de voyager, mais E. H. Neville, un collègue de Hardy qui donnait alors des conférences en Inde, réussit à le convaincre de venir au Royaume-Uni. Ramanujan embarque donc le 17 Mars 1914 et à part le mal de mer, rien ne vient perturber sa croisière, qui se termine environ un mois plus tard. Il est accueilli à Londres par Neville, puis se rend à Cambridge où il habite quelque temps chez ce dernier, avant de se rendre au " Trinity College " le 30 Avril. Son régime strictement végétarien ne tarde pas à lui poser des problèmes de santé, d'autant plus que la guerre éclate bientôt en Europe et qu'il est difficile de se procurer certains aliments. Sa santé ne cessera de se fragiliser tout au long de son séjour en Angleterre. Néammoins, la collaboration entre Ramanujan et Hardy se révèle très vite fructueuse, même si l'absence de véritable formation du mathématicien indien n'est pas sans poser problèmes. Hardy écrit [5] :

" Comment s'y prendre pour lui enseigner les mathématiques modernes ? Les limites de ses connaissances étaient aussi déroutantes que leur profondeur. "

Littlewood est alors chargé d'aider Ramanujan à apprendre des méthodes mathématiques rigoureuses. Cependant [6], " ..c'était extrêmement difficile car à chaque fois qu'une nouvelle notion, que l'on jugeait qu'il devait connaître, était abordée, la réaction de Ramanujan était une avalanche d'idées originales qui rendaient impossible à Littlewood de persister dans son intention première. "

Hardy à gauche et Littlewood à droite, les révélateurs de Ramanujan

Littlewood est bientôt obligé de partir à la guerre mais Hardy reste à Cambridge. Durant son premier hiver anglais, Ramanujan tombe malade car il supporte mal le climat. Il publie une partie de son travail réalisé en Angleterre, décidant de reporter la publication des résultats obtenus en Inde à la fin de la guerre. Le 16 Mars 1916, il obtient le titre de docteur de l'université de Cambridge, malgré qu'il ne possède pas les diplômes requis pour préparer une thèse. Son travail s'intitule " Highly composite numbers " et se compose de sept de ses articles publiés en Angleterre. Le 18 Février 1918, Ramanujan est élu membre de la " Cambridge Philosophical Society ". Trois jours plus tard, probablement le plus grand honneur de toute sa carrière, son nom apparaît sur la liste des élections des membres de la " Royal Society of London ". Il a été proposé par une liste impressionnante de mathématiciens : Hardy, Mac Mahon, Grace, Larmor, Bromwich, Hobson, Baker, Littlewood, Nicholson, Young, Whittaker, Forsyth et Whitehead. Son élection a effectivement lieu le 2 Mai 1918 et il est également élu membre du " Trinity College " pour 6 ans le 19 Octobre 1918.

Tous ces honneurs semblent redonner un peu de vigueur à la santé de Ramanujan, qui redouble d'efforts pour produire des résultats. Fin Novembre, alors qu'il semble en très bonne voie de guérison. Hardy écrit dans une lettre [2] :

" Je pense que nous pouvons maintenant espérer qu'il a passé un cap difficile et qu'il est sur la voie de la guérison. Sa température a cessé d'être irrégulière et il a repris du poids…Il n'y a jamais eu de signe de diminution de ses extraordinaires talents mathématiques. Il a naturellement moins produit pendant sa maladie mais la qualité est restée la même… Il retournera en Inde avec une situation et une réputation scientifique telles qu'aucun Indien n'en a connues auparavant, et je suis la certitude que l'Inde saura l'apprécier comme le trésor qu'il est. Sa simplicité naturelle et sa modestie n'ont jamais été affectées par son succès, bien que tout tende à le faire prendre conscience qu'il est vraiment un succès lui-même. "

Ramanujan repart pour l'Inde le 27 Février 1919, et arrive le 13 Mars. Cependant, son état de santé déjà très mauvais ne cesse de se dégrader. Il meurt l'année suivante, le 22 Avril 1920, à l'âge de 32 ans, probablement à cause de graves carences alimentaires.

Les lettres qu'il avait écrit à Hardy en 1913 contenaient de nombreux résultats fascinants, concernant les séries de Riemann, les intégrales elliptiques, les séries hypergéométriques et les équations de la fonction zeta. Il avait cependant seulement une vague idée de ce qu'était une preuve mathématique et certains de ses théorèmes sur les nombres premiers étaient faux. Il avait redécouvert de manière indépendante les résultats de Gauss, Kummer et d'autres sur les séries hypergéométriques. Ses propres travaux sur les produits et les sommes partielles de ces séries ont conduit à des développements importants dans ce domaine. Son travail le plus célèbre concerne le nombre p(n) de partitions d'un entier n. Mac Mahon avait produit des tables des valeurs de p(n) pour des petits n et Ramanujan se basa sur ces données numériques pour conjecturer des propriétés remarquables qu'il prouva en utilisant les fonctions elliptiques.
D'autres propriétés furent prouvés seulement après sa mort. Dans un papier publié avec Hardy, il donne une formule asymptotique pour p(n). Elle donne en fait la valeur exacte de p(n), ce qui fut démontré plus tard par Rademacher.

Ramanujan a laissé derrière lui un grand nombre de cahiers non-publiés (les fameux " carnets de Ramanujan "), remplis de théorèmes que les mathématiciens ont continué, et continuent, d'étudier. G.N. Watson, par exemple, professeur à Birmingham de 1918 à 1951, publia 14 articles regroupé sous le titre général " Theorems stated by Ramanujan " et publia en tout environ 30 articles insprirés du travail de Ramanujan. Le décryptage de ses carnets par Bruce Berndt, de l'Université de l'Illinois, a duré jusqu'à très récemment. Aujourd'hui, ses travaux ont des applications dans les codes de calculs des décimales de , ainsi qu'en physique théorique.

Le legs de Ramanujan aux mathématiques est sans doute un des plus importants et des plus difficiles. Il est d'autant plus admirable si l'on repense quelques instants au contexte dans lequel Ramanujan a grandi, l'Inde au début du siècle dernier, ainsi qu'à ses éternels problèmes de santé qui ne l'ont pas empêché de s'investir totalement dans la recherche mathématique. Sa vie trop tôt écourtée et les énigmes qu'il a laissé aux génération futures nous évoquent un autre mathématicien exceptionnel, Galois, dont nous parlerons peut être un jour dans ces pages.

Références :

[1] R Ramachandra Rao, In memoriam S Ramanujan, B.A., F.R.S., J. Indian Math. Soc. 12 (1920), 87-90.
[2] B C Berndt and R A Rankin, Ramanujan : Letters and commentary (Providence, Rhode Island, 1995).
[3] P K Srinivasan, Ramanujan : Am inspiration 2 Vols. (Madras, 1968).
[4] S Ramanujan, Collected Papers (Cambridge, 1927).
[5] Biography in Dictionary of Scientific Biography (New York 1970-1990).
[6] E Shils, Reflections on tradition, centre and periphery and the universal validity of science : the significance of the life of S Ramanujan, Minerva 29 (1991), 393-419.

Et puis, à lire également, et en français, l'article de Jonathan et Peter Borwein dans le Pour la Science sur les Mathématiciens, maintenant édité en livre aux Editions Belin, qui s'attarde plus sur le côté calcul de que sur la biographie de Ramanujan.

Liens :

Le site de référence, en anglais, dont je m'inspire pour ces petits articles. Pour les passionnés, une bibliographie complète accompagne chaque article.

http://www-groups.dcs.st-andrews.ac.uk/~history/Mathematicians/Ramanujan.html

La page perso de Bruce Berndt himself ! Avec un lien sur " The Ramanujan Journal ", consacré aux domaines influencés par le travail de Ramanujan, ainsi qu'une liste impressionnante de ses publications concernant essentiellement le génie indien (et notamment, les carnets, qui sont aujourd'hui édités chez Springer-Verlag).

http://www.math.uiuc.edu/~berndt/


Un site en anglais qui concernant le travail de Ramanujan sur les équations modulaires et les algorithmes calculant : "Ramanujan, Modular Equations, and Approximations to Pi or How to compute One Billion Digits of Pi"

http://www.cecm.sfu.ca/organics/papers/borwein/paper/html/paper.html

Eloïse_Devaux_pour_Les-Mathématiques
 

 
©Emmanuel Vieillard Baron 01-01-2001
Adresse Mail:

Inscription
Désinscription

Actuellement 16057 abonnés
Qu'est-ce que c'est ?
Taper le mot à rechercher

Mode d'emploi
En vrac

Faites connaître Les-Mathematiques.net à un ami
Curiosités
Participer
Latex et autres....
Collaborateurs
Forum

Nous contacter

Le vote Linux

WWW IMS
Cut the knot
Mac Tutor History...
Number, constant,...
Plouffe's inverter
The Prime page