Pensez à lire la Charte avant de poster !

$\newcommand{\K}{\mathbf K}$


Les-Mathematiques.net - Cours de mathématiques supérieures
 Les-Mathematiques.net - Cours de mathématiques universitaires - Forum - Cours à télécharger

A lire
Deug/Prépa
Licence
Agrégation
A télécharger
Télécharger
270 personne(s) sur le site en ce moment
E. Cartan
A lire
Articles
Math/Infos
Récréation
A télécharger
Télécharger
Théorème de Cantor-Bernstein
Théo. Sylow
Théo. Ascoli
Théo. Baire
Loi forte grd nbre
Nains magiques
 
 
 
 
 

La réalité du métier de prof

La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Bonjour,

Sur ce forum on lit souvent, pour ne pas dire tous les jours, qu'être prof, disons de maths, c'est une grosse souffrance à la fois sur le plan psychologique, physique, et moral (sauf pour le camp des anti-déclinologues dont le membre reste optimiste, les autres intervenants s'attristent de ne pas avoir le droit de transmettre les mathématiques).

Estimez-vous que la condition des profs soit si dure que ça, ou est-ce aussi l'effet bistrot qui joue ?

Je dis ça de manière intéressée. Prof était ma première ambition, que j'ai lâchée un peu par peur du craquage psychologique, étant d'une nature sensible, mais cette année peu productive dans les maths appliquées (gros soucis de santé qui m'ont volé trois mois, et grand épuisement physique et moral non seulement pour moi-même mais aussi pour ma petite amie, font que je n'ai absolument rien pu investir dans les études, pour résumer) m'a conduit à reconsidérer la chose.

Bref, je vous laisse vous exprimer. Merci à vous.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Bonjour,

> sauf pour le camp des anti-déclinologues dont le membre reste optimiste

J'aime bien le singulier de cette phrase grinning smiley

Cordialement,

Rescassol
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Je crois qu'on ne peut pas faire de généralités. Selon où on enseigne le métier n'est de toute évidence pas le même.

Ce n'est pas parce qu'un enseignant travaille dans de bonnes conditions qu'il doit être catalogué anti-décli machin et autres conneries.
Et ce n'est pas parce qu'un enseignant travaille dans des conditions indignes, que c'est affreux partout.

Je ne participe en général pas trop à ces discussions, il faut toujours faire simpliste et cataloguer les gens pour les opposer systématiquement. Très peu pour moi.



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par zeitnot.
Dom
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Beaucoup de profs « s’y retrouvent », comme on dit.
On a le fond du problème : le métier dans la classe, le métier et ce programme et l’organisation de ce ministère.
On a la qualité de vie : le salaire pas mirobolant, les pauses vacances régénérantes, la vie de famille ou la vie « libre après 16h » (pour le dire vite) appréciable, la sensation « libéral, je travaille quand je veux et je décide comment j’enseigne » avec bien sûr les obligations de services (qui interdisent les soirées trop éreintantes la veille d’un cours).

Je n’ai donné que quelques pistes. Il y en a plein d’autres.
Des arguments en faveur de ce choix et d’autres en sa défaveur.

C’est un tout.

La brève de comptoir la plus éculée est l’inextricable « t’as de la chance mais moi je ne pourrais pas ».



Edité 3 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par Dom.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Rescassol : "J'suis taquin, j'suis taquin..."



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par Riemann_lapins_cretins.
xax
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
@RLC il y a environ 10% des effectifs d'élèves qui sont dans des zones très difficiles, c'est un bilan du Cereq, difficile = tout est effondré (économie, culture, social etc.). Dans ces zones évidemment les occurrences problématiques sont nettement plus nombreuses, et c’est dans ces zones que peuvent être nommés les bizuts puisque les autres profs cherchent à se tirer ou à avoir des établissements vivables.
Donc il est assez normal qu'en début de carrière il y ait plus de plaintes.
Pour en savoir plus : [www.cereq.fr]

C'est un vrai sujet à mon avis insuffisamment pris en compte (ministère / syndicat / orga pro etc.).
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
La condition de prof est difficile, il y a des jours où j'ai envie d'abandonner, d'autres moins.

Les élèves sont devenus difficiles et certains irrespectueux voire parfois insolents. Ca prend énormément d'énergie de gérer des adolescents, leur humeur etc...

Il n'y a plus de moyens, photocopies ultra limitées dans mon collège, on m'a fait remarqué "vous avez déjà atteint votre quota de photocopies ?" alors que je me limite et que je fais gratter aux élèves énormément pour économiser, ils se plaignent.

On nous retire beaucoup d'heures l'an prochain. On aura plus d'élèves par classe. Tous les heures enlevées ont été données à l'école primaire.

Bref, l'école s'effondre, plus de moyen, élèves difficiles, salaire bas. Faut être sacrément motivé et fort pour faire ce boulot.

Le plus grave c'est le manque de moyen je trouve, toujours parler de faire des économies. On nous donne une mission d'instruire des élèves et on nous dit qu'il n'y a pas d'argent pour faire des photocopies.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
OShine : tu préfères ingénieur ou prof alors au final ?
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Dans ma famille, j'ai un prof de math qui a tout fait pour me dissuader quand j'ai réfléchi à me réorienter vers prof de math ou NSI.

Ce prof m'a donné un conseil qu'il me semble bon de suivre: prend des heures de vacation pour essayer.

Puisque tu parles de mathématiques appliquées, tu peux aussi tenter le Capes d'informatique. Cela me semble un meilleur plan avec de grandes chances d'être en lycée avec des élèves de spécialité et une liberté intéressante offerte par le programme.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Pourquoi ne pas essayer comme le suggère mathosphère. Et ensuite tout dépend ce que tu cherches. Il y a tellement de situations. Selon où tu habites, il peut y avoir des opportunités très différentes.
Pour donner des extrêmes, au fin fond de la campagne dans un lycée agricole privé avec des filières professionnelles "équins" où tu auras 30 filles polies par classe qui viennent pour le canasson, tu n'auras pas la même ambiance de classe que dans un collège difficile avec 20 Joey Starr en face de toi.



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par zeitnot.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Tout dépend des personnes... Certains passent leur vie dans des établissements "difficiles" et s'y plaisent, d'autres trouveront des élèves plutôt polis impolis...

Et tout dépend des établissements. Je n'ai jamais été limité en photocopies...
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Tout à fait, l'an prochain, pendant que tu prépareras le concours, tu devras bien chercher un travail, alors fais remplaçant, ça répondra à ta question subjective mieux que quiconque.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Des quotas sur les photocopies ? Jamais entendu parler. Perso c'est illimité, et j'en profite pour imprimer tel ou tel pdf lié aux maths, pour me préserver les yeux autant que possible.



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par AD.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Idée originale mathosphere, merci de la suggestion.
Mon bloquage en maths appliquées cependant vient justement du fait que je n'ai jamais réussi à rentrer dans le code. Et en grande partie à cause de ma formation mais passons.
Un autre avantage des maths est qu'elles me permettraient d'être agrégé. Mais je retiens l'idée.

En fait j'ai essentiellement deux choix :

-Préparer l'agreg
-Retrouver une santé physique et espérer que ma copine aille mieux (oui désolé mais ce n'est pas une situation simple), profiter du temps restant jusqu'à la fin de l'année pour apprendre et aimer le code, et retourner dans une filière qui rapporte

Croyez bien que ne pas aimer le code est une croix même à un niveau personnel. Je me tiens à l'écart de bien des choses que j'admire pour cette raison, hors des considérations professionnelles.
D'un autre côté j'aime transmettre et prof restait ma première ambition. Les maths appliquées ont toujours été forcées pour moi.

Mais bref, merci pour vos réponses et en particulier pour la suggestion de mathosphere encore une fois.



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par Riemann_lapins_cretins.
Dom
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Les quotas sont plutôt dans les collèges d’après ce que j’ai pu comprendre.

Bon il existe aussi des codes et le quota personnalisé est réinitialisé à la demande.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Quand tu enseignes tu te sens vivre. Tu vois ce qui apparaît ou, en l'occurence, ce qui disparaît. Et tu peux agir dessus. Absolument ! Prof et artiste il y a des points communs : les deux se positionnent aux limites, aux marges. Tous deux ont un réel pouvoir. Et celui du prof est actuellement maximal, même si cela passe inaperçu.

Bon après la souffrance, évidemment.. et alors ? N'est-ce pas notre lot commun à tous, dès lors qu'on a pris conscience d'exister ? Je raconte des trivialités ? Pas sûr... 99% des gens ne savent pas qu'ils existent... (estimation personnelle issue de presque 50 ans de vie terrestre).

Quant à la hiérarchie.. ben il n'y en a tout simplement pas. Les dérives manageriales ont fait fondre leur autorité, qui était respectable. Cela rend le métier à la fois plus difficile et plus jouissif, car tu décides de tout.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Prof / ingénieur : le match !

Mon métier actuel c'est ingénieur en informatique, j'ai travaillé dans le privé dans plusieurs entreprises et maintenant dans le public, secteur recherche suite à un concours.

J'en ai ras-le-bol :). Le problème ce n'est pas le métier, c'est le management.

Dans le privé, j'ai vu sans les subir directement des licenciements abusifs, des burn out à tire-larigot, de la discrimination principalement liée à l'âge. Cela peut toucher n'importe qui, dans n'importe quelle entreprise. Un changement d'actionnaire ou de directeur et tout peut basculer.

Dans le public, la recherche est mise en difficulté. Les chercheurs passent leur temps à courir après les financements. La vraie recherche est faite par les thésards et les post-docs. Parfois, faute d'un nouveau financement, un super projet passe finalement à la trappe et tous les efforts antérieurs sont anéantis.

En comparaison, ce que me raconte le prof de ma famille n'est pas rose non plus. Mais cela te permet de relativiser :)
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
C'est ce que j'imagine mathosphere, et à vrai dire c'est comme ça que je vois la chose depuis des années. Seulement, je ne sais pas, j'ai essayé de me faire plutôt violence pour rentrer dans l'air du temps. Je n'y arrive déjà pas là, la suite me fait peur.

Ton message est enthousiasmant Ludwig, je te remercie.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Citation
Riemann
En fait j'ai essentiellement deux choix :
Pour paraphraser un film : "si je comprends bien, le projet, c'est de faire des projets ?"
Tu dis que tu as peur, tout ça, que ça va mal, que tu veux attendre que ça aille bien...
T'es conscient que tu ne te rends pas service ? Oui, c'est certainement douloureux et contraignant, oui on ne fait pas toujours ce qu'on aime, mais en tout cas c'est en se confrontant à la vraie vie qu'on avance, et comme tu y viendras un jour ou l'autre, ce serait bien que ce ne soit pas à un âge qui te grille tes chances auprès des employeurs s'il doit y avoir une reconversion par prise de conscience.

Sur ce forum, j'ai l'impression qu'à chaque fois qu'on donne en conseil à un demandeur l'action, il y a toujours une excuse pour ne pas s'y mettre.



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par Superkarl.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Non, je ne nie pas que je veuille fuir le plus possible. J'ai mes raisons, ce n'est pas que la peur. Même si je n'ai pas foiré cette année pour ça.

Je ne suis pas non plus vraiment dans l'optique de faire des projets pour gagner du temps (parce que j'en ai suffisamment gagné, je suis honnêtement satisfait). Cette année le problème était plus contextuel et inextricable.
Je l'ai fait un temps le "faire des projets pour gagner du temps". C'était quand je suis parti en lettres après ma licence de maths.
Là, maintenant, c'est plus sincère. Je suis allé dans un bon M2 orienté maths appliquées en grande partie parce que "ce serait bête de pas profiter d'être bon pour faire un peu d'argent et de prestige". Mais c'est la seule raison. Ceux de mon entourage savaient que j'y allais à reculons mais je pensais pouvoir me faire violence. En fait j'envisage l'agrég parce que je sais qu'au moins l'année sera super intéressante, et une fois obtenue, je serai "pris au piège" et forcé de bosser, ce qui m'arrange. L'autre choix je l'évoque toujours, mais voilà.

Mais merci d'être franc.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Riemann je n'ai pas aimé le métier d'ingénieur. En plus, j'ai subi du harcèlement moral de la part des ressources humaines et des commerciaux. C'est un monde de requin, ce n'est pas fait pour moi.

Ingénieur c'est bien si t'as de la chance de rentrer dans une très grande boite comme Thalès, Renault, Schneider. Là t'es quasiment tranquille à vie.
Sinon, tu passes ta vie à galérer dans des sociétés de prestation qui te considèrent comme du bétail et veulent se débarrasser de toi dès que t'as terminé ta mission.

Ludwig c'est spécifique à mon collège les photocopies. Où j'étais avant il n'y avait pas ce problème.

Franchement le lycée maintenant c'est pas le top. Trop de réformes, les profs galèrent. Si je demande le lycée c'est dans 4-5 ans quand toutes ces réformes seront bien ancrées.

De toute façon je compte partir enseigner à l'étranger et voir comment ça se passe ailleurs.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Citation
RLC
Sur ce forum on lit souvent, pour ne pas dire tous les jours, qu'être prof, disons de maths, c'est une grosse souffrance à la fois sur le plan psychologique, physique, et moral (sauf pour le camp des anti-déclinologues dont le membre reste optimiste, les autres intervenants s'attristent de ne pas avoir le droit de transmettre les mathématiques).

Je pense que tu mélanges un peu tout. C'est une profession qui peut engendrer de la souffrance morale et psychologique chez certains individus (ce fût mon cas pendant mon bref passage de deux ans dans cette profession) mais je doute que ce soit du fait qu'on n'enseigne pas ce qu'on voudrait enseigner (ce n'est pas le programme qui me causait de la souffrance).

OS:
J'ai connu le monde de l'informatique pendant quelques mois. C'est un monde ignoble. Ce que tu décris c'est exactement ce que je voyais en 2000-2001. Les employés ne sont considérés que comme des tas de viande qu'il faut vendre ou se séparer au plus vite. C'est du moins comment les choses me sont apparues.

Je vis parce que les montagnes ne savent pas rire, ni les vers de terre chanter.(Cioran)



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par Fin de partie.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Non Fdp je vois bien quelles peuvent être les raisons. Mais ici on lit surtout ça. Je me dis qu'alors on ne peut même plus avoir l'idée "au moins je sers à certains".

Mais bref, vos réponses me suffisent. Merci à vous.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Citation
RLC
Mais ici on lit surtout ça

Mais les gens qui écrivent cela n'ont pas l'air d'en souffrir moralement et psychologiquement au jour le jour.
Quand tu parlais de souffrances psychologiques et morales, pour certaines personnes cela va jusqu'à la dépression nerveuse. J'aurais certainement craqué si on m'avait titularisé: on ne peut pas se sentir maltraité pendant des années sans que cela n'ait de conséquences sur la psyché.

Je vis parce que les montagnes ne savent pas rire, ni les vers de terre chanter.(Cioran)
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Bon, c'était surtout pour placer une pique à la conversation la plus rabâchée du forum. J'imagine bien ce qui en pousse certains au burnout.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
RLC : ceux qui ne se plaignent pas ne viennent pas le dire. Et encore, je pense qu'on est nombreux ici à être relativement "contents" de notre métier de prof.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Kioups : je crois que j'ai cet énorme défaut d'être très influencé par ce que je lis sur les réseaux ou forums. A me tenir éloigné de mon ambition première en me faisant violence cette année (en allant en maths app) et à lire en boucle des choses ici j'ai fini par avoir un blocage. En fait je n'assume pas trop ce topic mais je crois que le fait de me trouver ridicule en le lisant m'a fait du bien.
Dom
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
J’ajoute au message de kioups que le droit de râler est primordial.
Si t’interdis ça, tout le monde devient dépressif.



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par Dom.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Dom : bien sûr. Et y a de quoi râler... mais bon...
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Dom oui tu as raison. Les droits de jurer, de maudire autrui, le monde, soi-même aussi, et enfin de se plaindre, nous sont indispensables, sans quoi le monde serait bien insupportable.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
J'aimerais nuancer : j'ai adoré être ingé en info, j'ai travaillé sur de gros projets dont un logiciel de conception en électronique avec plus de 10 000 licences dans le monde. Mais à un moment, avec l'âge, cela peut devenir compliqué. Pas que tu sois moins performant, mais souvent ils préfèrent de jeunes ingés moins chers pour partir sur de nouveaux projets sur de nouvelles technos. Aucun calcul n'est fait d'un point de vu de la productivité ou de la qualité du travail. Les décisions sont prises par des gestionnaires qui ne voient que le coût à la journée.
Tu crois naïvement qu'être expert reconnu te protège. Mais si un jour tu te retrouves obligé de changer d'entreprise à un moment ou la techno sur laquelle tu travaillais a vieilli...

Pour prof, je pense que la clef c'est aimer enseigner et faire progresser tes élèves. Il faut juste réussir à relativiser les problèmes de l'EN et mettre une barrière aux parents parfois insuportables. Il y a quand même beaucoup d'avantages à ce métier. Certains inconvénients comme la rémunération sont un peu exagérés. Les comparaisons que je lis sont toujours par rapport à des ingénieurs très bien payés. Mais figurez-vous que je connais un paquet d'ingénieurs pas mieux payés que des profs, c'est l'objectif de l'externalisation des prestations en informatique.
xax
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Mathosphere : "Aucun calcul n'est fait d'un point de vu de la productivité ou de la qualité du travail. Les décisions sont prises par des gestionnaires qui ne voient que le coût à la journée."
C'est le mal du siècle qui a commencé à pointer dans les années 90 quand le commercialisme et la financiarisation ont tout emporté. Même quand les ingés étaient formés au marketing et à la compta, y compris analytique, on a vu débarquer de plus en plus des br..leurs d'écoles de commerce dont les effectifs ont explosé, et qui, de toute façon, se fichaient bien du métier, à quelques exceptions. Souvent c'étaient des fils/filles à papa/maman qui connaissaient le patron ou sa femme etc. Il y en a je ne leur aurait même pas fait un lettre de recommandation pour tenir la caisse d'une supérette. L'effondrement industriel français peut être lu à travers la cancer du commercialisme. Pour ceux qui connaissent, même si je n'idéalise pas, en Suisse et en Allemagne ça ne s'est pas passé comme ça.
Exact ce que tu écris sur le salaire des ingés, un grande part d'aléatoire et des semaines qui font rarement moins de 50h, parfois intenses ... Par contre pour quelqu'un qui aime bouger et voir beaucoup de choses il n'y a pas mieux. Ça dépend des tempéraments, faire prof m'aurait angoissé, non pas de tenir les élèves, mais le retour des années dans le même bahut sans beaucoup d'action.

La rémunération des profs est quand même un peu raide en début de carrière, par contre à la fin c'est mieux, les meilleures retraites de France (+100% / médian ou moyenne ? ) et d'Europe. C'est ce que le gouvernement voulait revoir je crois ... je suppose que l'hypothèse est que le métier pourrait mieux attirer avec de meilleurs salaires sans trop parler des retraites plus serrées ...



Edité 2 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par xax.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Xax on peut changer d'établissement.

Je ne compte pas rester plus de 3 ans par établissement pour ne pas m'encrouter.
xax
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
OS je ne connais pas en fait les possibilités de mutation, on dirait que le fond ingénieur (projet de ~ 3 ans) a la vie dure smiling smiley
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Ces derniers temps je vois beaucoup de gens, notamment sur le forum jvc, venir se moquer des jeunes diplômés ingénieurs, auxquels on aurait vendu du rêve pour se retrouver à travailler 50h/ semaine et gagner finalement assez peu d'argent à l'heure.

Je ne connais pas ce domaine, je n'en sais rien. Mais pour être en reconversion en BTS et être encore à la recherche d'un stage dans cette période délicate, je confirme que la supériorité du métier d'ingénieur reste la mobilité. Je vois énormément d'offres de stage pour être ingénieur, et même quand je regardais un peu les annonces d'emploi, et bien pour travailler à l'internationale, ou sur des plateformes pétrolières, c'est quasiment toujours de l'ingénieur, au minimum, qui est demandé.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
OS : 3 ans, ça passe vite... Bon, je dis ça, je n'ai jamais dépassé les 6 ans. Mais maintenant que je suis en lycée, ça va être plus compliqué de bouger...
xax
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
@Superkarl c'est plus compliqué que ça, il y a eu une évolution, comme il manquait d'ingénieurs mais qu'on ne voulait pas toucher à un espèce de numerus clausus non-dit, on a créé dans les années 90 un titre de sous-ingénieur, "ingénieur-maître", dans les IUP (institut universitaire professionnalisé). Mais d'une part cette solution était bancale, et surtout - c'est un truc que vous verrez rarement écrit - une énorme pétoche des "grandes écoles", écoles d'ingénieurs en tête, de voir l'Université française, minoritaire en formation d'ingés, devenir dominante dans la formation technique en général, et des ingénieurs en particulier. En effet, il y avait déjà les IUT, mettre un étage supplémentaire n'aurait pas été bien compliqué, avec un niveau technique au final égal ou supérieur aux écoles d'ingés non universitaires.

Donc la voie ingénieur-maître a été supprimée et les effectifs en école d'ingés ont été augmentés. Ce qui fait qu'il y a eu une stratification plus importante et des inégalités à l'intérieur de la profession qui ont augmenté avec ce qui a été évoqué plus haut (commercialisme et financiarisation débouchant sur des modèles d'organisation du travail faisant de plus en appel à des "prestataires" qui parfois sont des filiales des grosses entreprises).

Pour faire le parallèle avec le métier de prof, entre le PLP qui a 22 h de cours par semaine sur deux matières avec des classes difficiles et un niveau à remonter pour le bac pro, et le prof de chaire supérieure à 8h de service dans un lycée de centre ville de métropole ou à Paris en prépa HEC, on a un peu le même tableau, avec des échelles de salaire sans doute étirées de 1 à 4 voire plus avec les "à côté" (après je vous laisse disserter sur l'utilité sociale des deux types d'enseignement ...).



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par xax.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Salut RLC !
Je connais quelques gens qui sont sortis du même M2 que toi et qui se sont beaucoup plu dans leur stage, et ceux pour qui ça n'a pas été le cas ont changé de cap sans aucun soucis (vers des thèses, ou d'autres entreprises). Je rajoute qu'ils ne savaient pas tous bien programmer avant, et que le stage a justement été une bonne façon d'apprendre.
Les témoignages sont tous très utiles, merci à vous (en particulier mathosphere pour ton avis sur le métier à long terme, ce qu'on ne voit pas tout de suite côté ingénieur ... ou en recherche d'ailleurs !).

Courage pour le code, mais surtout pour la santé qui ne se maîtrise pas ...

Post Scriptum:
Je me sens proche de ta situation (le talent en moins), et si tu souhaites un compagnon d'agrégation l'année prochain, j'en serai !

"Les visites font toujours plaisir, si ce n'est en arrivant, du moins en partant" Jean de La Bruyère



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par Polka.
Dom
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
La majorité, voire l’unanimité des gens qui ne veulent pas « s’encroûter »*** sont ceux qui trouvent le boulot difficile sans s’y épanouir. En étant prof, c’est souvent au collège et dans un établissement difficile (REP même si l’étiquette n’y est pas posée).
On entend l’argument « j’ai fait le tour de cet établissement ».

Tous les exemples que je connais sont des mutations en lycée « qui fonctionne ».
Là, le discours change...

***je n’aime pas ce terme « s’encroûter ».
Je trouve même qu’il se mêle trop bien aux discours progressistes où changer régulièrement « c’est bien » et où l’on est qualifié de dinosaure dès qu’on a plus de huit ans de boites (privée ou publique).
Le salarié est juste un consommateur de postes.
Dans le privé, cela dit, en général, le changement (volontaire) de boîte est synonyme d’augmentation de salaire.
J’attends des exemples où le gars qui ne souhaitait pas « s’encroûter » a fini par changer de boîte (même branche...) quitte à perdre 400 € par mois. Il reste aussi l’argument du lieu de travail et du trajet...



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par Dom.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Polka : il y a déjà eu un abandon en cours d'année. Le problème est d'y admettre des biologistes alors que les attendus en maths réclament un bon niveau master 1 dans plein de domaines différents (suffisamment en probas pour attaquer directement les processus stochastiques, suffisamment en analyse pour étude quantitative d'EDP, suffisamment en stats pour faire du ML et des choses pas simples comme l'étude de modèles à données manquantes...). Et si on ajoute le code oui ça en perd pas mal.
Sans parler du contexte particulier qui en a miné pas mal moralement.

Personnellement c'est justement l'inutilité du côté "bio" qui m'a déçu. On a une semaine dédiée à ça avec trois cours de six heures menés par des gens très intéressants, mais on reste au niveau de l'anecdote presque, et surtout, plus rien après.
En maths la partie bio s'arrêtait à voir plus d'exemples de modèles type étude de populations mais ce n'était pas transcendant non plus.
Mais en dehors de ça, pour qui veut faire un master de maths appliquées quelconque, il est plutôt pas mal j'imagine.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Bon sinon, si quelqu'un a un poste pour moi :)

Mon CV : ingénieur en informatique super fort, super productif en particulier en algorithmique et en architecture, prédilection pour les langages objet, issu d'une école réputée en informatique créée en 1960. (Mais allergique au front-end web et possédant des cheveux grisonnants)
Je suis partant aussi pour tout poste avec beaucoup de relationnel même sans aucun rapport avec l'informatique.
xax
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Et voilà "allergique au front-end web" pourtant c'est en UX qu'on est le mieux payé !
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Informatique / école réputée / 1960
Rayez la mention inutile pour trouver du boulot.cool smiley



Edité 1 fois. La dernière correction date de il y a deux mois et a été effectuée par biely.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Super Karl je préfère le métier de technicien à ingénieur.

J'ai bossé dans des grandes entreprises et les techniciens avaient des horaires fixes il partaient tous à 16h30.

Alors que les ingénieurs restaient jusqu'à pas d'heure et ramenaient du travail chez eux.

J'ai trouvé les techniciens beaucoup plus forts en théorie et pratique que les ingénieurs.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Dans 2 ans et demi je pourrai partir à l'étranger voir ma réalité du métier là-bas.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
Bonjour.

Pour OShine, si tu as vu des techniciens très forts en pratique et théorie, c'est soit que ce sont d'anciens techniciens, avec une formation assez poussée, soit s'il ne sont pas anciens, qu'ils ont fourni un effort personnel conséquent pour être les meilleurs dans leur domaine (la concurrence est tout aussi rude chez les techniciens).

De manière générale, l'attitude "fonctionnaire" qui a fini à l'heure et qui peut se sortir son boulot de l'esprit, ce n'est plus vraiment courant.
Je dirais même que c'est devenu exceptionnel, vu les mesures actuelles concernant le marché de l'emploi qui est à une flexibilisation maximale, que ce soit au niveau des déplacements ou au niveau des horaires (des techniciens qui doivent faire des interventions sur des installations critiques qui tombent en panne un samedi en début de soirée à 100 bornes de chez soi, ce n'est pas rare).

C'est en tout cas ce que je constate comme évolution depuis une petite vingtaine d'années.

Cordialement.

Cherche livres & objets du domaine mathématique : intégraphes, règles log & engins [électro]méca ou analog
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
Un ingénieur n'est pas si bien payé. Lorsqu'il y a urgence il peut rester jusqu'à 21 h le soir.
Il n'a pas d'horaires et donc au taux horaire son salaire n'est pas élevé.
Les jeunes ne pensent pas à ça lorsqu'ils choisissent leur métier.
xax
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
avatar
OS encore une fois les conditions d’exercice du métier et les carrières sont très diverses. Exemple : si tu sors des mines, un petite expé sympa de haut niveau réussie et un passage au BCG de quelques années, tu vas être très bien payé.
Par contre si tu sors d'une école de bas de tableau qui a du mal à renouveler son habilitation à la délivrance du titre, la carrière ne sera pas la même.
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
@OShine Sans pouvoir en être certain, je préfère aussi le métier de technicien, mais parce que j'ai très envie de mettre les mains dans le cambouis. Sans doute le contrecoup de mes années de maths abstraites ?

Pour en revenir à RLC, si tu prépares un concours l'an prochain, rien ne t'oblige à faire une école pour ce faire, et c'est pour ça que je dis que tu peux en profiter pour travailler et donc en l’occurrence, pour faire enseignant. D'ailleurs, c'est peut-être la seule année de ta vie où tu peux ainsi essayer des métiers sans vouloir faire carrière, tu devrais voir ça comme une année pour essayer des choses.
Dom
Re: La réalité du métier de prof
il y a deux mois
« Lorsqu'il y a urgence il peut rester jusqu'à 21 h le soir. »

Je ne connais pas la (grande !) proportion de profs qui restent (chez eux) jusqu’à minuit (disons...) à faire des polys, à créer des TP Excel ou GeoGebra, à élaborer des sujets ou bien à corriger des copies.
Sans période d’urgence...

C’est fou de lire ça !
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter

Liste des forums - Statistiques du forum

Total
Discussions: 149 169, Messages: 1 505 989, Utilisateurs: 27 641.
Notre dernier utilisateur inscrit Vassillia.


Ce forum
Discussions: 2 826, Messages: 65 069.

 

 
©Emmanuel Vieillard Baron 01-01-2001
Adresse Mail:

Inscription
Désinscription

Actuellement 16057 abonnés
Qu'est-ce que c'est ?
Taper le mot à rechercher

Mode d'emploi
En vrac

Faites connaître Les-Mathematiques.net à un ami
Curiosités
Participer
Latex et autres....
Collaborateurs
Forum

Nous contacter

Le vote Linux

WWW IMS
Cut the knot
Mac Tutor History...
Number, constant,...
Plouffe's inverter
The Prime page